Financement de l’éducation en Français

L’Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens
(AEFO) se réjouit que le gouvernement de Dalton McGuinty continue d’augmenter le financement
de l’éducation en français en Ontario. L’annonce faite par le ministre de l’Éducation à Ottawa plus
tôt aujourd’hui, permettra de réduire encore un peu l’écart entre les subventions gouvernementales
et le coût réel de l’éducation en français.
« Nous reconnaissons que le gouvernement libéral continue de redresser la situation et qu’il fait
des pas dans la bonne direction, affirme le président de l’AEFO, Paul Taillefer. Nous souhaiterions
toutefois qu’il accélère la cadence puisque, selon nos calculs, il manque encore au moins 70
millions de dollars pour donner pleinement suite aux recommandations de la Commission Rozanski
et ainsi fournir à nos écoles les moyens d’offrir des programmes et des services équivalents à ceux
des écoles de la majorité. »
M. Taillefer rappelle que dans la foulée du rapport Rozanski il y a plus de deux ans, on avait évalué
à 120 millions de dollars l’écart entre les subventions gouvernementales et le coût réel de
l’éducation en français. L’an dernier, le gouvernement a accordé aux conseils scolaires de langue
française une somme de 30 millions de dollars au-delà des subventions régulières et l’annonce
d’aujourd’hui ajoute une autre tranche de 20 millions de dollars.
« Nous sommes heureux de constater que nous nous rapprochons du but, ajoute M. Taillefer. Mais
nous avons hâte d’y toucher. C’est pourquoi nous allons continuer de rappeler au gouvernement
qu’en vertu de ses obligations constitutionnelles, il doit offrir aux jeunes Franco-Ontariennes et
Franco-Ontariens des conditions d’apprentissage de qualité égale à celles des jeunes
anglophones.

CategoriesUncategorized